Olivier de Clisson, Connétable de France

Olivier_de_Clisson
Olivier_de_Clisson
Ecrit par Paris 75003
Olivier_de_Clisson

Olivier_de_Clisson

Né le 23 avril 1336 au Château de Clisson, Olivier de Clisson, Connétable de France fut le plus illustre représentant de la famille des Clisson. Son existence fut des plus tumultueuses et sa position de grand féodal (il fut Connétable de France) le plongea au cœur des antagonismes de la Guerre de Cent Ans, tout en faisant de lui un personnage clé de l’Histoire de France.
Son père fut exécuté en 1343 sur l’ordre du Roi de France qui l’avait invité à Paris. Exilé en Angleterre avec sa mère, il sera élevé à la Cour anglaise où il rencontrera Jean de Montfort, prétendant au Duché de Bretagne.
Il participe à la Bataille d’Auray en 1364 sous les ordres de Robert Knolles et aux côtés de Jean de Monfort qui est vainqueur . La guerre de succession de la Bretagne durait alors depuis 22 ans. Il y affronta alors Du Guesclin qui y combattait pour Charles de Blois, second prétendant au Duché. Mais il sut avec habileté disjoindre les diverses troupes opposées sous les murs de la ville et les combattre séparément ce qui donna la victoire à son camp. Charles de Blois fut tué à cette bataille et Bertrand Du Guesclin y fut prisonnier. La guerre de succession prit fin. Les pourparlers de paix entre les familles de Blois et de Montfort commencèrent au château de Blain et s’achevèrent par le traité de Guérande en 1365 où Jean de Montfort fut reconnu comme Duc et pris le nom de Jean IV de Bretagne.
Olivier se reposait à Blain de cette bataille soignant sa blessure (il y avait perdu un œil) quand il apprit que le duc lui refusait en récompense de son service le Château du Gâvre pour le donner à l’Anglais Chandos. Il alla trouver le Duc qui ne lui fournit aucune explication nette, de colère il s’écria : « J’aimerais mieux me donner au diable que de voir l’Anglois mon voisin ! ». Quinze jours après il incendiait la ville du Gâvre, son château et en rapportait une cargaison de pierre pour sa forteresse blinoise : le Château de la Groulais, il en profita pour se construire une tour aujourd’hui encore appelée la Tour du Connétable. Il devient très puissant, trop aux yeux du Duc et acquiert en 1370 la seigneurie de Josselin .
Olivier n’était pas fait pour s’entendre avec le Duc, il supportait mal la vassalité et encore plus mal les anglais dont le Duc aimait à s’entourer. Cette animosité était réciproque… En 1367, Olivier participe en tant que général anglais sous le commandement du Prince Noir (Édouard de Woodstock) à la bataille de Navarette (Espagne) il y affronte une nouvelle fois Du Guesclin qui sera fait prisonnier pour la seconde fois. Il se lie alors avec ce dernier qui est Connétable (chef des armées) du Roi Charles V et participe à la neutralisation des grandes compagnies qui déciment le pays. À la mort de Du Guesclin, Charles VI, fraîchement couronné, le nomme pour succéder au breton.
En 1392, il fait l’objet d’une tentative d’assassinat par Pierre de Craon, un ennemi personnel. Le Duc de Bretagne refuse de livrer le criminel au Roi de France. Ce dernier prend alors la tête d’une armée pour attaquer la Bretagne, mais dans les environs du Mans, il est frappé de sa première crise de folie. Olivier perd ainsi son protecteur royal, il est destitué de sa charge par les oncles du roi.
En 1399, il se réconcilie avec le Duc de Bretagne et comme garant de sa sincérité lui envoi son fils. Ils se promettent paix loyale et bonne jovialité jusqu’à la mort. Et jusqu’à la mort, ils tinrent leur promesse.
En 1402, il préside en tant que tuteur aux cérémonies de couronnement du jeune Duc Jean V, successeur au Duché de Bretagne, mais la régence est confiée au Duc de Bourgogne : Philippe le Hardi.
Sa fille Margot , prenant le parti de son mari (Jean de Blois, fils de Charles de Blois ancien prétendant au trône de Bretagne), et de ses prétentions au duché, s’attire la colère d’Olivier qui lui prédit : « Perverses, tu seras la ruine de tes enfants ». Prédiction qui se justifia puisque deux fils de Marguerite furent exécutés pour crime de lèse-majesté à l’égard du Duc Jean V qu’ils enlevèrent, le troisième fut emprisonné durant 25 ans. Malheureusement, Jean V, devenu Duc régnant prit à son égard des mesures vexatoires, et, en représailles d’un procès qu’Olivier lui avait intenté, voulu confisquer les terres du connétable alors mourant, il n’accepta qu’au dernier moment une transaction financière.
Olivier de Clisson meurt le 22 avril 1407 en son château de Josselin, il est inhumé en l’église de Josselin où on peut encore y voir son gisant ainsi que celui de son épouse Marguerite de Rohan.

Réagir