Officine Universelle Buly 1803 rue de Saintonge

index

La parfumerie Buly semble toute droit sortie d’un roman de Balzac. Et pour cause, c’est l’histoire d’un parfumeur parisien du XIXe siècle que ses fondateurs ont ici réhabilité.  La parfumerie Buly vient d’ouvrir ses portes dans le 75003.

À la frontière entre modernité et tradition, le couple de passionnés a choisi de dépoussiérer l’histoire du parfumeur français Bully rendu célèbre au XIXe siècle grâce à son “vinaigre de toilette”, et qui inspira le personnage de César Birrotteau dans le roman éponyme de Balzac.
Débarrassé de son double L qui donnait à son nom une connotation négative pour les anglophones (« Bully » signifiant tyran en anglais), cette version propose des produits fabriqués à l’ancienne dans un laboratoire français. Ils ne contiennent ainsi ni parabens, ni phenoxyethanol, ni silicone.
Leurs packagings au charme d’antan se fondent parfaitement dans le décor de la boutique. Meubles d’officine en noyer, comptoirs de marbre et pavements de terre cuite: aucun détail n’a été laissé au hasard, si bien que l’officine semble ainsi ne pas avoir bougé depuis deux siècles.
Son mur d’huiles et de poudres du monde entier aux propriétés multiples vous offre l’embarras du choix, et certains produits étonnants, à la fiente de rossignol notamment, font de Buly un véritable cabinet de curiosités.

Depuis la fin du XVIIIe siècle et installé rue Saint-Honoré à Paris en 1803, le célèbre Jean-Vincent Bully, qui portait alors une double consonne à son nom, se fit connaître par ses parfums et ses vinaigres de toilette.

Au tournant du XIXe siècle, les parfumeurs demeuraient les héritiers des maîtres-artisans de l’Ancien-Régime et les gardiens de leurs secrets de fabrication. La mode des parfums et des usages suivit l’ouverture au monde, à ses fleurs nouvelles, parfois exotiques, à l’image de Joséphine de Beauharnais qui importa et acclimata en France de nouvelles espèces et audaces olfactives. L’institution du Codex en 1806 par Napoléon contribua à instituer de nouvelles exigences en matière de parfumerie, stimulant ainsi l’inventivité des praticiens et la qualité des préparations. Bully s’ouvrit aux progrès de la science et de la cosmétique pour formuler ses inventions. Parmi elles, ses parfums et soins devinrent et restèrent célèbres. Le « Vinaigre de Bully », lotion aromatique brevetée pour la toilette et la conservation du teint, gagna une grande réputation dans toute l’Europe. Ce classique des soins de beauté offrit à l’officine une notoriété sans précédent pendant plus d’une centaine d’années.

Connu pour ses talents de distillateur, de parfumeur et de cosméticien, Jean-Vincent Bully inspira en 1837 à Honoré de Balzac le personnage de César Birotteau, l’un des romans des Scènes de la vie Parisienne dans La Comédie humaine. Tout au long du siècle d’or de la beauté qui vit l’invention des premières formules de la cosmétique et de la parfumerie moderne, l’officine s’imposa comme une référence.

Après un siècle de sommeil, la plus célèbre des officines de beauté française vient de renaître et poursuit ses voyages à travers le monde.

Avec audace et précision, dans un l’esprit de conquête et d’innovation, l’Officine Universelle Buly propose des soins issus des techniques cosmétiques les plus innovantes et des vertus d’ingrédients naturels. Imaginés à Paris et formulés dans un laboratoire français, nourris des progrès de la cosmétique contemporaine tout en étant fidèle à l’enseignement des recettes anciennes.

L’Officine universelle Buly revisite la tradition avec la liberté et l’efficience que permettent tous les progrès accomplis par les laboratoires contemporains : elle transmet et fait évoluer chaque jour le patrimoine de la beauté, s’inspirant de l’excellence du passé et offrant le meilleur du présent.

A la tête de l’Officine Universelle Buly

Entrepreneur et directeur artistique de l’Officine, Ramdane Touhami a collaboré avec Le Bon Marché Rive Gauche et Liberty, signé la renaissance de l’ancienne maison de Cire Trudon pour laquelle il a notamment créé de nouvelles et désormais célèbres « odeurs » d’intérieur. Il fut aussi l’inventeur du rituel odorant des bougies sous cloches. Sous son impulsion, Cire Trudon a connu un succès international et une distribution dans 58 pays. Aujourd’hui il dirige l’Officine Universelle Buly dont il orchestre le renouveau, concevant les nouveaux comptoirs et boutiques à Taipei, Seoul, Londres et New-York et inventant de nouveaux produits et usages, à l’inspiration rétro-futuriste.

Voyageuse et aventurière de la beauté, Victoire de Taillac est spécialiste de l’histoire de la beauté et de la féminité. Avec Ramdane Touhami, elle a créé Parfumerie Générale, première boutique dédiée à la cosmétique alternative en France, et cofondé Corpus, magazine de la beauté du corps et de l’esprit, revue annuelle bilingue. Toujours à la recherche des nouveaux accessoires, soins, rites et histoire de beauté dans le monde entier, elle prépare pour mai 2017 la publication d’un Atlas des secrets de beauté du monde entier à travers l’Officine Universelle Buly.

Adresse : Rue de Saintonge , 75003 Paris

https://www.buly1803.com/

Réagir