Les origines du Marais- histoire –

marais_plan
marais_plan
Ecrit par KFB
marais_plan

marais_plan

Après que la Seine eut pris le cours que nous lui connaissons aujourd’hui, le bras qui passait au Nord, au pied des collines de Belleville et Montmartre se combla et forma une ceinture de marécages.
Ceux-ci furent franchis, très tôt par quelques grands axes de communication.
Dans le quartier qui nous occupe, les actuelles rues St Martin et St Antoine apparurent dès l’époque romaine.

En 879, l’empereur Charles le Chauve donna à l’abbaye Ste Opportune les marécages qu’elle mit en prairies avant d’en aliéner une partie en terres labourables.

Le roi Philippe-Auguste (1180-1223) entoura la rive droite de Paris d’une enceinte qui englobait plusieurs quartiers dont les Halles, la Grève et Saint-Gervais. La partie nord-est hors enceinte était alors occupée par d’immenses terres en marais, propriétés de grandes abbayes. Celles-ci les asséchèrent et les mirent en culture. Elles furent par la suite transformées en jardins. Ces terres maraîchères sont à l’origine du nom du quartier : le Marais.
Ces terres furent transformées en ” marais “, mot parisien utilisé pour désigner des cultures de légumes et de plantes aromatiques. A la fin du Moyen-Age, beaucoup de ces ” marais ” furent plantés d’arbres fruitiers.
A l’origine de cette conquête des marais et de leur peuplement nous trouvons des établissements religieux et parmi ceux-ci : St Martin des Champs et la maison du Temple.

  • Le quartier royal

Au XIVe siècle, une nouvelle enceinte fut élevée par Charles V (1364-1380), suivant le tracé des actuels boulevards Beaumarchais, des Filles du Calvaire et du Temple, donnant ainsi les limites du futur quartier. Le roi quitta alors le palais de la Cité et s’installa à l’Hôtel Saint-Pol avec sa cour : le Marais devint ainsi quartier royal. Les nombreux établissements conventuels témoignaient également de l’intense activité religieuse du quartier. L’Hôtel Saint-Pol fut délaissé par Charles VII (1422-1461) au profit de l’Hôtel des Tournelles, séjour favori de Louis XI (1461-1483) et Henri II (1547-1559). Celui-ci fut à son tour abandonné à la suite de la mort tragique d’Henri II en 1559. Cet événement provoqua le départ définitif de la famille royale au Louvre.

  • L’âge d’or

Le Marais connut aux XVIIe et XVIIIe siècles ses heures de gloire. Le roi Henri IV (1589-1610) fut à l’origine de deux importants projets d’urbanisme : la place de France, qui ne fut jamais réalisée, et la place Royale, actuelle place des Vosges.
Dans le même temps, tout le Marais se couvrait d’hôtels rivalisant par la beauté de leur architecture et par la richesse de leur décor intérieur. Là se tinrent les premiers “salons” réunissant beaux esprits, dames élégantes, hommes de lettres et savants qui allaient faire la réputation de Paris comme capitale de la sociabilité. Le quartier brilla aussi par une vie religieuse intense au moment de l’épanouissement de la Contre-Réforme.

L’engouement pour le Marais s’acheva à la la fin du règne de Louis XIV (1643-1715), on cessa de construire et l’aristocratie dans sa grande majorité abandonna les lieux. Alors que le roi résidait aux Tuileries, la Cour se déplaça vers l’ouest, d’abord au faubourg Saint-Germain puis au faubourg Saint-Honoré.
Sous Louis-Philippe (1830-1848) et surtout sous le Second Empire, le quartier s’appauvrit et la population devint industrieuse : les ateliers remplacèrent les anciens jardins et les grandes cours. Le Marais fut abandonné, mais resta cependant épargné par les grandes percées du baron Haussmann (1809-1891) qui transformaient de nombreux autres quartiers.
Il fallut attendre le 4 août 1962 lorsque fut votée la loi sur les secteurs sauvegardés et sur la protection des centres-villes anciens menacés par la promotion immobilière pour voir la situation changer. Le 16 avril 1965, le Marais devenait officiellement secteur sauvegardé et commençait la réhabilitation complète du quartier qui continue de nos jours.

Réagir