Le Chœur de Grenelle chante au profit de la Fondation Lejeune

choeur-de-grenelle_article

Fondé il y a dix ans, le Chœur de Grenelle réunit des musiciens talentueux, qui interprètent des répertoires variés avec passion et professionnalisme. Ils chantent ce mercredi 28 juin à Paris des extraits méconnus de Lassus, Gesualdo, Monteverdi et Schein, au profit de l’action de la Fondation Jérôme Lejeune.

« Madrigaux en pagaille ! » Mercredi 28 juin, l’église Sainte-Elisabeth-de-Hongrie, située à deux pas de la Place de la République, à Paris, accueillera le Choeur de Grenelle pour un concert où tous les profits seront reversés à la Fondation Jérôme Lejeune pour la recherche sur le syndrome Smith Magenis. Pour Alix Dumon-Debaecker, fondatrice et directrice du Chœur de Grenelle, cette cause rencontre un écho personnel. « Mon neveu est touché par le syndrome Smith Magenis. Cette maladie génétique est peu connue, et cela faisait longtemps que je voulais faire quelque chose pour lui. Avec la Fondation Jérôme Lejeune, nous sommes sûrs que les fonds sont bien attribués », témoigne-elle.

Pour ce concert, le Chœur de Grenelle interprètera des madrigaux : une forme polyphonique vocale a cappella d’inspiration italienne, remontant à la Renaissance et au début de la période baroque. « Le nombre de voix varie de 4 à 7 voix. Ce sont des pièces très expressives, qui permettent de mettre la musique au service du texte. Cela va de la musique sacrée au profane, jusqu’au grivois », explique Alix Dumon-Debaecker, qui ne cache pas se joie de faire travailler ses 32 choristes à cette écriture théâtrale : « C’est presque l’antichambre de l’Opéra ! »

Quatre compositeurs seront interprétés : Roland Lassus (1532-1594), compositeur de talent des Pays-Bas espagnols, surnommé « l’Orphée belge », Carlo Gesualdo (1566-1613), noble italien à la vie tourmentée, le célèbre Claudio Monteverdi (1567-1643) et l’Allemand Johann Hermann Schein (1586-1630). Outre leur inspiration musicale à la source des madrigaux italiens, ils ont tous en commun d’avoir connu une Europe brillante, humaniste, et pourtant déchirée par les guerres de religions. La foi chrétienne n’est pas étrangère à leur œuvre. « Nous mettons en lumière des extraits peu connus, mais qui sont merveilleusement spirituels », annonce Alix Dumon-Debaecker. Le Chœur de Grenelle interprétera ainsi des extraits des Fontaines d’Israël, composé par le protestant luthérien Schein, et l’introduction des Larmes de Saint Pierre, écrits en repentance par le catholique Lassus, et dédiés au pape Clément VIII.

Un Chœur en pleine maturité

« La musique est au service de la transcendance ! Le beau permet de nous dépasser et d’entrer en communion, même dans le profane ! », s’exclame Alix Dumon-Debaecker. Cette conviction anime depuis longtemps le chef de chœur. Jeune maman depuis un mois d’une petite fille, la fondatrice du Chœur de Grenelle peut être fière de son autre « bébé » : créé en 2007 avec des amis musiciens, l’ensemble vocal a prouvé sa solidité et son professionnalisme. Rassemblant des choristes de divers horizons, le Chœur de Grenelle se propose de partager des œuvres diverses au grand public, avec un haut niveau d’interprétation. Outre l’exigence de travail, la cohésion de groupe est un signe distinctif du Chœur : « C’est très important que les choristes soient amis, et qu’il n’y ait pas d’entre-soi », fait remarquer sa fondatrice.

Proposant de six à dix dates par an, le Chœur de Grenelle est accueilli en l’église Saint-Ferdinand-des-Ternes. En accord avec le Père Matthieu Rougé, curé de la paroisse, ils animent plusieurs messes en échange des locaux mis à leur disposition pour leurs répétitions : « C’est merveilleux que des motets préparés pour nos concerts servent pour des offices ! », savoure Alix Dumon-Debaecker.

Pour fêter ses dix ans, le Chœur de Grenelle a sorti récemment son premier disque : un florilège baroque, qui propose notamment une messe inédite de Nicolas Pacotat (1696-1731), prêtre et maître de musique à Poitiers.

Plus d’informations sur le Chœur de Grenelle : http://www.choeurdegrenelle.com/

Réagir