LA MAISON SAGE à Paris 3

Sortir de chez soi pour faire la fête comme à la maison, tel est le concept de ce nouveau bar «in» du quartier République. Dans un duplex confortable, on vient prendre un verre, jouer au flipper ou écouter un groupe inconnu.

Paris regorge de belles maisons. Plus que des enseignes, ce sont des refuges où l’on recherche l’intimité, l’entre-soi. Il y a la Maison Rouge (celle d’un collectionneur fou d’art), la Maison Souquet (hôtel de charme, anciennement coquin), la Maison Plisson (pleine de gourmandises de luxe), et maintenant voici la Maison Sage.

Pas si sage que ça. La porte sombre de métal sculptée ne laisse rien paraître. Un physionomiste trie sur le volet la clientèle trentenaire, décontractée, créative, composée de barbus, de tatoués, de Parisiennes stylées. On grimpe un escalier strié de néons sur fond bleu canard pour pénétrer dans un duplex de 300 m2 pas comme les autres. Tout y est: le parquet vieilli, les carreaux ciment au coin salon, le mobilier chiné mélangé aux créations d’amis designers. Le bar est une curiosité. Une vitrine remplie d’objets miniatures et de souvenirs personnels (soldats de plomb, bijoux signés Quentin Pontonnier et Jeanlux, et même le premier flocon de ski de Thomas, l’un des associés). À l’étage supérieur, le fumoir réserve quelque originalité aussi.

Comme chez eux. Cette Maison Sage, dont l’enseigne est un symbole mystérieux, au graphisme ésotérique, est le fruit de l’association de trois copains issus des milieux de la création artistique et événementielle. Thomas (ex-initiateur du Ground Control aux Docks), Romain (ex-booker du label Allo Floride) et Franck (spécialiste de culture numérique) ont pour leitmotiv de proposer à un cercle d’habitués de faire la fête «avec une certaine folie douce».

Geeks et compagnie. Dans ce loft règne un esprit vintage, tendance geek nostalgique, tournant autour de la silhouette géante d’un Storm Strooper de Star Wars, dont l’armure a été customisée par un graffeur. Un flipper, un baby-foot sont également à disposition des fans. Sous vitrine, on conserve comme des vestiges d’une époque révolue (pourtant pas si lointaine) une Megadrive (console de jeux rétro), des figurines Cobra encore sous blister. Véritable caverne d’Ali Baba d’adulescents collectionneurs.

Concerts et expos. De sa grande console structurée comme un vaisseau, le DJ diffuse de la soul, funk et house dans une bonne ambiance festive. De temps à autre, un concert live surprise est programmé comme les expositions de photos et d’illustrations.

La Maison Sage.
15, bd Saint-Martin (IIIe).
Du mer. au sam. de 19 h à 2 h ; dim de 12 h (brunch) à 2 h. Cocktails de 12 à 14 €. Carte de tapas à partir de 7 €.

Réagir