online installment loans wi, payday loans online with direct lender no credit check, payday instant loans no brokers

Histoire du Marché des Enfants Rouges

Share

En 1615, la ville de Pariss’arrête au niveau de la Place de la République et le donjon du Temple domine un quartier en plein développement. La demande d’approvisionnements explose et rend nécessaire la création d’un . Louis XIII, délivre son acte de naissance au futur « marché des enfants rouges« . Par lettres patentes datées de mars 1615, il charge deux commissaires de guerre, Sulfice Richard et Jean Duflos de l’ouvrir et de le construire. Les deux hommes décident de l’établir à l’angle des rues de Bretagne et de Berry sur un vaste terrain qu’ils ont acheté à Pigou, un notablelemarche-ancien-marché-enfant_rouge de l’époque. Puis Perceval Noblet, maître charpentier du roi, reçoit commande pour une halle de bois reposant sur 16 piliers de chêne, des étaux de boucherie, une fosse à purin et un puits. Le « Petit Marché du  », son appellation d’origine, est né. Il prospère rapidement, et devient le « Marché du du Temple ».

En 1536, Marguerite de Valois, sœur de François 1er, décide de créer un hôpital-orphelinat pour recevoir « des orphelins de père et de mère trouvés à l’Hôtel Dieu de  ». Ces enfants sont appelés les Enfants de Dieu, mais leurs vêtements d’étoffe rouge, symbole de la charité chrétienne leur fit donner par le peuple, le nom d’enfants rouges. Situé sur l’emplacement de l’actuelle Grand Chantier, cette institution ferme ses portes en 1772 et les orphelins sont transférés aux Enfants Trouvés de l’Ile de la Cité. Sans doute en souvenir de cet hôpital-orphelinat, le marché voisin du Marais du Temple devient à la fin du XVIII ème siècle le « . »

En 1912, le marché est vendu à la ville de Paris. Entre-temps de nombreuses modifications ont été réalisées. Un corps de Garde occupé par la Garde de Paris, une fontaine et une vacherie sont crées. La vacherie, appelée aussi « la laiterie des enfants rouges », renferme une douzaine de vaches (à l’emplacement actuel du potager des oiseaux) et procure du lait frais pour tout le quartier jusqu’en 1914, date de sa fermeture.

Sources : Le guide du promeneur (3ème arrondissement) Isabelle Dérens (Editions Parigramme) – Larousse de Paris – Dictionnaire historique de Paris, Georges Pessard – Le 3ème arrondissement, Emmanuelle Loizeau.

Articles en relation:

Imprimer Imprimer

Vous pouvez laisser un commentaire, ou faire un lien vers votre site.

Postez un commentaire

Powered by WordPress | PalmPreBlog.com is the Unofficial Palm Pre Authority | Thanks to iFreeCellPhones.com T-Mobile Phones, MMORPG and Fat burning furnace review