Histoire de la rue St Elisabeth (de hongrie)

elizabeth_de_hongrie
elizabeth_de_hongrie
Ecrit par Paris 75003

L’origine du nom de cette rue vient de St Élisabeth de Hongrie. Sainte Élisabeth de Hongrie, Erzsébet en Hongrois (1207 – 17 novembre 1231) est la fille d’André II de Hongrie et de Gertrude d’Andechs-Meran (assassinée en 1213). Elle fut fiancée à 4 ans et mariée à 14 ans au Landgrave Louis IV de Thuringe. Ainsi, on l’appelle aussi sainte Élisabeth de Thuringe.

elizabeth_de_hongrie

elizabeth_de_hongrie

L’origine du nom de cette rue vient de St Élisabeth de Hongrie. Sainte Élisabeth de Hongrie, Erzsébet en Hongrois  (1207 – 17 novembre 1231) est la fille d’André II de Hongrie et de Gertrude d’Andechs-Meran (assassinée en 1213). Elle fut fiancée à 4 ans et mariée à 14 ans au Landgrave Louis IV de Thuringe. Ainsi, on l’appelle aussi sainte Élisabeth de Thuringe. Elle fut canonisée en 1235 et sa fête est le 17 novembre.

Élisabeth de Hongrie vécut de 1211 à 1228 au Château de Wartbourg. Des franciscains allemands lui font découvrir l’esprit de saint François d’Assise et elle décide alors de se mettre au service des pauvres. Son époux meurt en 1227. Comme elle refuse d’être remariée, sa famille la chasse avec ses trois enfants. Son oncle, évêque, calme la famille. Les trois enfants seront élevés par la famille ducale.

Élisabeth revêt l’habit du Tiers-ordre franciscain et prend pour directeur spirituel Conrad de Marbourg qui la traite sans ménagement voire avec une cruauté à laquelle elle répond par une douceur exemplaire. Désormais elle consacre toute sa vie et son argent aux pauvres pour qui elle fait construire un hopital. Elle meurt à 24 ans à Marbourg.

On dit qu’elle portait secrètement du pain aux pauvres d’Eisenach, à pied et seule, ce que réprouvait son mari. Un jour, elle le rencontra sur le chemin, et son mari, furieux, lui demanda ce qu’elle cachait ainsi sous son manteau. Elle lui répondit que c’étaient des roses, et non que c’était du pain, et lorsque son mari lui ordonna d’ouvrir son manteau, il n’y trouva que des roses. C’est le miracle de sainte Élisabeth de Hongrie.

un commentaire

Réagir