Georges Méliès

george Mélies
george Mélies
Ecrit par Paris 75003

george Mélies

george Mélies

Georges Méliès est né le 8 décembre 1861 au 45 boulevard Saint-Martin, à Paris dans le troisième arrondissement dans une famille de fabricants de chaussures. Georges Méliès travaille un temps dans l’entreprise de son père, qui l’enverra à Londres en Angleterre pour y perfectionner son anglais ; il en profitera pour y apprendre la prestidigitation, notamment à l’Egyptian Hall. Il achète en 1888 le théâtre Robert Houdin, dont il devient le directeur, et y monte des spectacles de prestidigitation et de « grandes illusions ».

En 1891,Georges Méliès crée l’Académie de Prestidigitation, qui se transformera en 1904 en Chambre syndicale de la prestidigitation. Il en fut le président pendant une trentaine d’années. Invité à la première projection de cinématographe, il comprend tout de suite ce qu’il peut faire du cinéma naissant et fait une offre d’achat aux frères Lumière. Leur père l’en dissuade : le cinéma bénéficie selon eux d’un attrait de nouveauté, mais sa réalisation coûte cher et le retour sur investissement n’est pas assuré : Méliès pourrait s’y ruiner. Peine perdue : il achète un projecteur à Londres et fonde sa propre société de production qu’il appelle Star Film –

En 1897, Georges Méliès crée un studio vitré dans sa propriété de Montreuil et filme ses acteurs (dont souvent lui-même) devant des décors peints directement inspirés par les spectacles de magie de son théâtre. Il filme également, faute de pouvoir être sur place, des actualités reconstituées en studio. Il développe aussi un atelier de coloriage manuel de ses films, procédé largement inspiré de ce qui se fait pour la colorisation de photos en noir et blanc. Il se fait ainsi tour à tour producteur, réalisateur, scénariste, décorateur, machiniste et acteur.

De 1896 à 1914, Georges Méliès réalise près de six cents « voyages à travers l’impossible », autant de petits films enchanteurs, mystérieux, naïfs, à la beauté poétique aujourd’hui parfois surannée. Courts métrages de quelques minutes projetés dans des foires et vus comme une simple évolution de la lanterne magique.

Son premier film important, l’Affaire Dreyfus (1899), est une reconstitution de 10 minutes qui témoigne de son intérêt pour le réalisme politique. Si son Voyage dans la Lune (1902), chef-d’œuvre véritable d’illusions photographiques et d’innovations techniques, remporte un certain succès, G. Méliès ne parvient cependant pas à rivaliser avec les sociétés à production élevée.
Voici comment sa petite fille, Madeleine Malthête-Méliès, relate en 1961 cette période : «Méliès cessa toute activité cinématographique en 1913. C’est en mai de cette même année qu’il perdit sa femme et resta seul avec ses deux enfants, Georgette, née en 1888, dont je suis la fille, et André, né en 1901. Il ne pouvait disposer de ses fonds comme il le voulait à cause de la présence de son fils mineur dans la succession. Il se trouvait donc dans une situation financière extrêmement embrouillée lorsqu’éclaté la guerre de 1914, Le Théâtre Robert-Houdin qui était devenu un cinéma avec séance de prestidigitation le dimanche seulement fut fermé dès le début des hostilités par ordre de la police…»

melies_lune

melies_lune

De 1915 à 1923, Mélies montera, avec l’aide de sa famille, de nombreux spectacles dans un de ses deux studios cinématographiques transformé pour l’occasion en théâtre.
En 1923, poursuivi par un créancier, il doit revendre sa propriété et quitte Montreuil.
«Toutes les caisses contenant les films furent vendues à des marchands forains et disparurent. Méliès lui-même, dans un moment de colère, brûla son stock de Montreuil.» (Madeleine Malthête-Méliès).
Ses films sont en majorité détruits ou vendus (récupérés au poids et transformés en talonnettes de chaussures). En 1925 il retrouve une de ses principales actrices, Jeanne d’Alcy (de son vrai nom Charlotte Faës, dite Fanny). Elle tient une boutique de jouets et de sucreries dans la gare de Paris-Montparnasse. Il l’épouse et ils s’occupent ensemble de la boutique. C’est là qu’il sera retrouvé par Léon Druhot, directeur de Ciné-Journal, qui le fera sortir de l’oubli.

Son œuvre est redécouverte par les surréalistes et il obtient la Légion d’honneur en 1931.

En 1932, il est placé au château d’Orly, maison de retraite de la Mutuelle du cinéma (la Mutuelle du cinéma fut fondée en 1921 par Léon Brézillon, Président du syndicat français des exploitants du cinématographe), il y terminera sa vie avec son épouse Jeanne d’Alcy.

Réagir