Eglise Evangélique Des Disciples Chinois

eglise evangeliste
Ecrit par Paris 75003

Les Églises Évangéliques des Chinois en France.
A partir des années 60, les Chinois regroupés par quartiers, par dialectes, par région d’origine va favoriser le développement des Eglises chinoises, à Paris, tout d’abord.

eglise evangeliste

eglise evangeliste

  • Naissances des Églises

Si les premiers membres de la première Église Ethnique Chinoise ne se souviennent plus en quelle année a eu lieu leur première réunion dans un restaurant durant les fêtes de Noël, ils se rappellent que cela a eu lieu sous l’impulsion d’un pasteur chinois d’Angleterre WANG Yio-The, venu en mission. Le premier culte en chinois mandarin a eu lieu quelques années plus tard en 1961 à Paris, dans les locaux de G.B.U de la rue de Serpente avec une trentaine de participants qui avaient des origines territoriales très diverses : Wenzhou, Qingtian, Hong-Kong et Vietnam. Aider par des pasteurs Français comme Daniel Bordreuil sur le plan administratif et aussi spirituel, l’Eglise chinoise prend corps sous la direction du pasteur WANG. Le 8 mars 1968, la communauté a été officiellement inscrite comme association cultuelle sous le nom de l’Eglise Évangélique des Chinois à Paris [11] En 1972, cette dernière transfère ses réunions dans les locaux de l’Église Évangélique Baptiste de la rue de Lille, lieu où elle se réunit encore aujourd’hui.
De cette première communauté assez représentative du « monde chinois évangélique », émergeront des groupes plus homogènes qui constitueront d’autres Églises Ethniques Chinoises à Paris : En 1977, un groupe composé majoritairement de personnes issus de l’Asie du sud-est quitte la communauté et forme par la suite deux Églises : « L’Église Alliance Chinoise de Paris » et « l’Eglise Chrétienne Missionnaire Chinoise de Paris ». En 1989, ce fut le tour d’un groupe amené par le pasteur YU Du Bing, originaire de Qingtian : « l’Église Évangélique de la Grâce à Paris ». En 1993, 90% des composants Wenzhou quittent la rue de Lille pour constituer « l’Église Protestante Chinoise de Paris ». Depuis les années 90, des pasteurs et des évangélistes chinois d’outre-mer œuvrent parmi leur compatriote de Paris et Ile de France. De ces campagnes vont naître des Églises chinoises comme les trois communautés attachées à la Fédération des Églises Évangéliques Baptistes (1993, 1996 et 1997).

  • Les principaux lieux de cultes.

En 2003, il existe 29 communautés chinoises évangéliques (voir annexe) qu’on peut recenser en France, dont 19 à Paris, 6 en Ile de France, 2 en province (Lille et Lyon) et 2 dans les départements d’outre-mer (St Denis/l’île de la Réunion et Cayenne/Guyane). Il y a également des groupes de rencontre dans les villes comme Grenoble, Nancy… A Strasbourg une communauté chinoise a intégré l’Église Évangélique Méthodiste. Certains frères et sœurs chinois dans la foi se réunissent dans les maisons, d’autres vont dans les Église ethniques (Vietnamienne, Laotienne, Cambodgienne) ou intègrent les Églises françaises locales. Ce rapide survol de la situation des Églises chinoises en France nous permet de constater que la majorité des chrétiens issus du monde chinois vont dans des Églises ethniques et que très peu intègrent les Églises françaises, souvent très près de chez eux. Nous allons essayer dans cette deuxième partie de voir si l’existence des Églises ethniques trouve appui dans la conception biblique de ce qu’est une Église. Nous essaierons d’abord de voir quelques généralités sur l’Église universelle, puis sur ce qu’est l’Église locale d’après les textes néotestamentaires pour enfin essayer de dégager une légitimité ou non de la pratique des Églises ethniques.

Voir le site

6 rue de vertbois
75003 Paris
01 40 27 84 99

Réagir