Catherine-Dominique, marquis de Pérignon

Marechal-perignon
Marechal-perignon
Ecrit par KFB

Marechal-perignon

Marechal-perignon

Catherine-Dominique, marquis de Pérignon, 31 mai 1754 (Grenade) – 25 décembre 1818 (Paris), Maréchal d’Empire (1804), il fera partie de la Familles de Grenier, par alliance avec l’une de ses descendantes. Il habitat quelques années au22 de le rue charlot de 1815 à 1818.

Après de fortes études dû à ses origines de bonne souche, Pérignon débute sa carrière dans l’armée comme aide de camp de Preissac. Déçu d’être bloqué dans son avancement par l’insuffisance de ses protections, de l’ennui de la vie militaire et, sans doute aussi, de ses titres de noblesse, il quitte l’armée et se lance dans la Révolution.

Elu député à l’Assemblée législative en 1791, il reprend du service au début de la guerre comme lieutenant-colonel à l’armée des Pyrénées Orientales de 1792 à 1795, la politique parisienne l’enchantant très peu.

Général de brigade en septembre 1793, de division deux mois plus tard, il remporte de nombreux succès, prend le camp du Boulou (1er mai 1794), est vainqueur à la Junquera (7 juin) et à la Montagne Noire (17-20 novembre), remplace Dugommier tué à la tête de l’armée en novembre 1794 et termine victorieusement la guerre.

Pérignon.
Pérignon était un homme instruit et intelligent. Son courage et ses capacités lui feront pardonner ses origines nobles, mais il ne cédera jamais rien sur le chapitre de la tenue, de la discipline et de l’honnêteté de ses troupes. Elu par la Haute-Garonne au Conseil des Cinq-Cents, éphémère ambassadeur en Espagne (1797), en mai 1799, il, voit confier le commandement des troupes de Ligurie. Blessé grièvement et capturé à Novi (15 août 1799), Pérignon est couvert d’honneur par Napoléon pour son dévouement à la République, son héroïsme dans les campagnes des Pyrénées Orientales et son habilité dans la diplomatie : sénateur en 1801, maréchal en 1804, gouverneur de Parme et de Plaisance en 1806, comte d’Empire en 1808 puis gouverneur de Naples (1808).

Rallié à Louis XVIII, rayé de la liste des maréchaux durant les Cent-Jours, Pérignon reçoit à nouveau son bâton de maréchal des mains de Louis XVIII, qui le fait marquis. Le nom de Pérignon figure sur l’arc de triomphe de l’Etoile.

Réagir