arm loan calculator , guaruanteed 2000 payday loans , loans that dont check credit

Thomas Ngijol L’as du Stand-Up

Thomas Ngijol

Thomas Ngijol

Depuis son précédent spectacle en 2009 (À Block!), Thomas Ngijol a enchaîné les films (Case départ, Le Crocodile du Botswanga), réalisé son premier long (Fastlife) et découvert la paternité. D’entrée de jeu, il revient sur cette révolution intime avec un humour tendre et féroce. Son rôle pendant l’accouchement? « Toi, le père, tu sers à rien, t’as un côté François Hollande. » Fidèle à son style classe et décontracté, l’humoriste excelle dans la pure tradition du stand-up : raconter sa vie sur le ton de la conversation dans un feu nourri qui n’épargne personne. Il rend également un hommage hilarant et touchant à son père, polygame divorcé avec ses « douze enfants illégitimes ». Un personnage truculent, par lequel il aborde la question de l’intégration des enfants d’immigrés ou l’importation du conflit israélo-palestinien. L’humoriste sait également se mouiller quand il tacle les opposants au mariage gay et revient avec justesse sur « l’affaire Dieudonné », dont il pointe le cynisme. Un spectacle de haute volée. Crédit photo: David Wolff

<iframe width= »560″ height= »315″ src= »//www.youtube.com/embed/XGiNTbJ8LDU » frameborder= »0″ allowfullscreen></iframe>

Thomas Ngijol, 2,
Théâtre Déjazet,
Paris (75003).
Tél. : 01 48 87 52 55. Jusqu’au 25 avril.

Une belle journée… Merci

Solidarité après l’attaque contre « Charlie Hebdo »

ABONNEZ vous pour dire non!!!!

je-suis-charlie

 

 

 

 

 

 

Vive la république

 

La flambée des tarifs de stationnement à Paris , le dernier vol d’ « Hidalgo »

anne_hidalgo._1

anne_hidalgo._1

Depuis le 1er janvier, le prix à payer par les automobilistes pour garer leur véhicule dans la capitale a été multiplié par 3. La gratuité le samedi et en août est également supprimée.

Posséder une voiture à Paris devient un luxe, madame Hidalgo, que de nombreux franciliens ne pourront bientôt plus se payer. La nouvelle équipe municipale a fait voter lors du Conseil de Paris les 15, 16 et 17 décembre d’importantes hausses tarifaires concernant le stationnement dans la capitale. Effectives depuis le 1er janvier 2015, elles visent à inciter les automobilistes à utiliser les places de parking souterraines plutôt qu’en surface pour des périodes longues. Le tout afin de désengorger les trottoirs pour les livraisons et les stationnements de quelques heures.

Cette mesure doit permettre d’apporter 55 millions d’euros de recettes supplémentaires dans les caisses de Paris. Une somme qui servira à financer en partie la modernisation des horodateurs et la création de nouvelles pistes cyclables et de mobilier urbain pour les garer.
Depuis le 1er janvier, le prix à payer par les automobilistes pour garer leur véhicule dans la capitale a été multiplié par 3. La gratuité le samedi et en août est également supprimée. Madame Hidalgo sait elle que des gens vivent et travail dans Paris et n’ont pas comme elle de chauffeur?

Posséder une voiture à Paris devient un luxe que de nombreux franciliens ne pourront bientôt plus se payer. La nouvelle équipe municipale a fait voter lors du Conseil de Paris les 15, 16 et 17 décembre d’importantes hausses tarifaires concernant le stationnement dans la capitale. Effectives depuis le 1er janvier 2015, elles visent à inciter les automobilistes à utiliser les places de parking souterraines plutôt qu’en surface pour des périodes longues. Le tout afin de désengorger les trottoirs pour les livraisons et les stationnements de quelques heures.

Cette mesure doit permettre d’apporter 55 millions d’euros de recettes supplémentaires dans les caisses de Paris. Une somme qui servira à financer en partie la modernisation des horodateurs et la création de nouvelles pistes cyclables et de mobilier urbain pour les garer.

Mais le résultat est là: la facture ne cesse de grimper pour les Parisiens véhiculés. Si on prend l’exemple d’un automobiliste résidant à Paris, les frais de stationnement s’établissent désormais à 513 euros par an contre 169 euros auparavant, soit une addition multipliée par plus de trois. Voici en détail les nouvelles conditions tarifaires de la ville de Paris applicables aux Parisiens mais aussi aux visiteurs:
Pour tous les automobilistes:

Il faudra désormais glisser sa carte de paiement dans les horodateurs parisiens de 19h à 20h, le samedi mais aussi au mois d’août, périodes auparavant gratuites. Le dimanche et les jours fériés restent non payant.
Pour les Parisiens:

Le stationnement résidentiel, qui était considéré comme bon marché par rapport à d’autres capitales, voit ses tarifs grimper en flèche en ce début d’année 2015. Le tarif journalier pour garer sa voiture dans la rue passe de 0,65 euros à 1,5 euro. La semaine (il est possible de stationner sa voiture pour un maximum de 7 jours consécutifs au même endroit) revient désormais à 9 euros contre 3,25 euros au 31 décembre 2014.

Par ailleurs, la carte de stationnement résidentiel, obligatoire pour bénéficier de ces tarifs, devient également payante à compter du 1er février 2015. Il en coûtera 45 euros par an ou 90 euros pour trois ans. Concernant les cartes en cours de validité, elles continuent d’être valables jusqu’à leur date d’expiration mais ne sont plus automatiquement renouvelables. Il faudra faire une nouvelle demande auprès des services de la Mairie.

Cette carte restera gratuite pour les résidents parisiens qui ne sont pas soumis à l’impôt sur le revenu et ceux qui utilisent un véhicule électrique ou roulant au gaz naturel.

Reste les parkings souterrains délégués à la ville de Paris. Les automobilistes résidents continuent de bénéficier de tarifs dégressifs en fonction de l’usage qu’ils font de leur place. La réduction atteint 20 à 40%. Il faut compter une centaine d’euros par mois.
Pour les visiteurs:

Le stationnement de courte durée pour les visiteurs évolue également. Les tarifs augmentent de 1,60 euro de l’heure pour les 11 premiers arrondissements de Paris (de 2,40 à 4 euros de l’heure) et triplent dans les autres quartiers parisiens (de 1,20 ou 2,40 à 3,60 euros de l’heure).

C’est du VOL …

Bal We are le Carreau

Dans le cadre de la semaine We are le Carreau au Carreau du Temple, vous danserez jusqu’au bout de la nuit !

Samedi 10 Janvier
18h à 1h – Halles
Entrée libre / Ouvert à tous

Amener vos belles pelures, vos décrochez-moi, sans oublier de rapioter vos fafiots ! La Carreau se met au bal, et le bal se met au Carreau ! Vers 18h, venez danser la valse ou la polka, en passant par le rock, le tango, la farandole, ou encore vous initier aux danses de la renaissance avec Morgane Paquette. A partir de 20h, la piste sera celle des enfants, et à partir de 22h le bal sera signé par Faubourg Simone, notre très cher partenaire du Carreau, du Marais et d’ailleurs aux perles musicales toujours plus swingantes. Toute la soirée, des commercants du quartier raviront vos papilles, autant que vos oreilles !

Déroulé du Bal
18h – 20h : Danses en Duo par le Conservatoire du Centre
20h – 21h30 : Bal des enfants
22h – 01h : Dj Set Faubourg Simone

Le projet du Conservatoire du Centre est de créer un programme varié qui alterne les danses de couples traditionnelles (valses, polka mais aussi tango et rock) avec des danses collectives telles que La Farandole ou les danses de la Renaissance. Ce bal sera l’occasion de mettre en valeur l’acquisition de nouveaux instruments par les Conseils de Quartier. Lors du bal, Morgane Paquette proposera une initiation à des danses de la Renaissance, collectives, simples et ludiques. Mais également, les danseurs de Hip-Hop dy Lycée Turgot, avec lesquels le Conservatoire collabore depuis trois ans, se mêleront un moment au public pour proposer un autre regard sur le classique.

WE ARE LE CARREAU

WE ARE LE CARREAU

WE ARE LE CARREAU

Un bal, un loto, des concerts, des spectacles, des projections de quartier, du sport en pratique libre. La Mairie WE ARE LE CARREAUdu 3ème et le Carreau du Temple vous ont concocté un programme détonnant. Alors emparez-vous du Carreau, il ouvre ses portes rien que pour vous. L’heure est au renouveau des genres et des coutumes, décoiffage garanti !

L’école Duperré, école supérieure des arts appliqués, s’invite avec une scénographie décalée ; habitants du quartier et résidents du Carreau, associations sportives et culturelles, jeunes talents et artistes associés, tables de ping-pong, terrain de pétanque et baby-foot, seront au rendez-vous ! Tout au long de la semaine, vous pourrez déambuler ou muscler vos abdominaux librement, gouter la galette des rois, boire un verre avec nous, et découvrir des projets artistiques amateurs locaux ou de professionnels internationaux.

Et si cette riche programmation vous ouvre l’appétit, vous pourrez déguster les petits plats proposés par les restaurateurs du quartier présents sur place le samedi soir. Retrouvez le programme détaillé de la semaine sur www.carreaudutemple.org

Du mardi 6 au dimanche 11 janvier 2015
Tous les dimanches, mardis, mercredis, jeudis, vendredis, samedis
de 11h00 à 21h00


4 rue Eugène Spuller
75003 Paris

Le Chai d’Adrien

ADRIEN

ADRIEN

Le Chai d’Adrien est le dernier né des établissements du Groupe Frères Blanc fait déjà parler de lui pour son accueil chaleureux. Près d’une centaine de références de vins de pays ou AOC se partage la carte, à déguster au verre ou à la bouteille. En accompagnement, on se laisse tenter par la planche mixte, mêlant charcuteries finement coupées et fromages de caractère. En prime, l’on peut acheter le vin qui nous a tapé dans l’½il et bénéficier d’une remise de 20 % par rapport au prix pratiqué à la carte.

Les ingrédients du lieu, la déco, les produits bien sourcés et le bon rapport qualité/ prix, rendent cet arlésien d’Adrien attachant. En tout cas, ce « Chai » concrétise un peu plus la nouvelle stratégie de Pascal Brun, patron de Frères Blanc, de travailler en direct avec des producteurs renouvelés au juste prix.

Bel espace revu avec mezzanine, cuivres et salaisons pendant au plafond façon de mettre en bouche. Sur la carte la sélection de planches répond en écho à celle de vins au verre. A chaque fois les charcuteries tranchées (lomo, Jambon de Bayonne IGP de 12 mois) à la commande aux yeux de tous accélèrent la salivation…. On promet des produits signés Oteiza ou encore le recours au porc noir de Bigorre signé Pierre Mayron.. Car pas question de tomber dans la routine du terroir, le Chai d’Adrien promet de se renouveler dans ses propositions.
Bernard Leprince, chef des chefs du Groupe Frères Blanc sillonne la France à la recherche des bons produits. Il confie souhaiter faire du Chai d’Adrien une sorte de banc d’essai des produits qu’il déniche pour les autres affaires du groupe (Lorraine, Pied de Cochon etc…) Tant mieux pour les amateurs de terroir croisant autour de République.

En plats du jour, ce n’est pas compliqué. Il y en a trois à l’ardoise avec un nouveau chaque jour. Là aussi on est dans le registre bistrot mais soigné. La saucisse de Bigorre dans sa purée maison (12,50€) semble ravie comme le paleron du pot-au-feu dans son bouillon (14,50€). Les amateurs de saveurs iodées/fumées ne pourront que saluer le haddock fumé par le Boulonnais Jean-Claude David et servi avec une fondue de poireaux, beurre blanc (14,50€). Les desserts comme la suave et expressive tarte aux pommes restent eux aussi sur des prix maîtrisés (autour de 4,50€).

Question fromages, la sélection minimaliste a le mérite de sortir des sentiers battus des AOC industrielles avec un stilton crémeux à souhait et deux brebis conçus par Dominique Bouchait (MOF 2011). Le « Napoléon » qui exprime sa pleine puissance gustative lorsqu’il est tranché fin comme un carpaccio et le « Régalis » avec ses moisissures de mie de pain bleuies qui évoque un roquefort bien plus doux.

39, boulevard du Temple
75003 Paris
01 57 40 87 05

The Beast

the Beast

the Beast

The Beast, c’est le nom du premier smokehouse parisien. Smokehouse ? Ça veut dire qu’ici, les viandes cuisent entre 4 et 16 heures dans un fumoir, pour un extérieur incroyablement savoureux et un intérieur plus fondant que du beurre. Thomas vient de passer un an au fin fond du Texas, à apprendre les secrets du barbecue à la texanne auprès des plus grands maîtres. Et c’est de là qu’il a rapporté son fumoir : un mastodonte de 2 tonnes alimenté au bois de chêne, et baptisé lui aussi… The Beast. Donner un nom à un fumoir, vous trouvez ça étrange ?

Ce nouveau concept, la Smoke-House (ou cuisson au fumoir) est donc  à découvrir chez The Beast, authentique barbecue texan tenu par un français passionné. On y dévore des viandes de très bonne qualité, à déguster avec la sauce BBQ de rigueur.

C’est comme ça qu’on fait, au Texas.

27, rue Meslay
75003 Paris
07 81 02 99 77

Powered by WordPress | PalmPreBlog.com is the Unofficial Palm Pre Authority | Thanks to iFreeCellPhones.com T-Mobile Phones, MMORPG and Fat burning furnace review